En ce début d’année, Paul de top-placements vient de publier un excellent article ou il reprends l’explication des fondamentaux à respecter pour réussir avec les HYIP. Voici cet article :

” Le cap de la Nouvelle Année a été franchi sans aucune surprise. Les HYIP qui n’ont pas repris étaient déjà identifiés et seuls les habituels aléas de ce secteur sont venu perturber le démarrage de 2012 en cette première semaine. Il faut dire que nous étions en portefeuille réduit et en configuration de repli. Nous démarrons donc cette année avec un équilibre légèrement positif entre les pertes des premiers jours et les gains accumulés en fin d’année.

De nombreuses personnes se demandent toujours par quels moyens est il possible d’anticiper la fin de vie d’un HYIP. Pour être franc, il n’y en a pas.
Certes, selon le type de HYIP, le degré de qualité de son design et de son interface, le type d’hébergement, le nombre d’années d’enregistrement du nom de domaine etc. on peut penser que l’admin a investit pour durer mais il n’en est rien ! De plus les certificats d’enregistrement de société (quand ils sont présentés) sont généralement faux quand ils ne sont pas « empruntés » à une société existante d’un tout autre domaine… Bref, inutile de se fier à l’aspect et à la présentation du programme pour juger de sa fiabilité et de sa capacité à durer.

Les débutants se fient donc bien souvent aux moniteurs ce qui est loin d’être le meilleur moyen d’y voir clair. C’est sans compter que ceux-ci sont là pour faire de l’argent donc s’il s’agit de « gros » ils sont payés pour lister, présenter, passer en revue ou interviewer. Donc rien d’objectif et de toute façon ils seront encore payés quand vous ne le serez plus et couramment annoncent un statut payant alors que vous ne l’êtes plus. Parfois même ils afficheront un statut complètement décalé de la réalité (Payant alors que le HYIP ne paye plus, Non Payant alors qu’ils n’y ont jamais investi ou parce qu’un admin les a envoyé dans les roses à leur sollicitation de « monitoring »). Enfin, alors que les gros se livrent bataille pour être dans le top 10 du hit parade des capteurs de pigeons, les petits moniteurs tenus par un investisseur réel sont souvent plus sérieux à condition qu’ils ne suivent pas plus d’une vingtaine de programme actifs et mettent à jour leur suivi quotidiennement sans se contenter, comme certains, d’un affichage de date automatique.

D’autres investisseurs adeptes des graphiques se basent sur des statistiques de trafic comme celles fournies par le site Alexa.com Là encore, hormis un trafic nul, les courbes ne veulent rien dire, un admin peut pratiquer l’autosurf ou en bénéficier par ses recruteurs en quête de commission (c’est systématiquement le cas à chaque concours de parrainage) et complètement fausser sa courbe de trafic. De plus, la vie d’un HYIP dépend aussi en grande partie de la somme d’argent qui y entre. Ainsi, on peux avoir un trafic peu élevé mais avec de gros dépôts ce qui rendra plus stable un HYIP que son concurrent qui aura un trafic élevé mais constitué de petites sommes. Qu’importe les à-coups, ces statistiques n’apportent rien. La seule courbe qui serait utile serait celle des flux d’argent entrant mais évidemment celle-là seul l’admin du HYIP la connait et quand elle est diffusée publiquement, elle est bien souvent « arrangée ».

Abordons maintenant les pertes d’argent. Elle sont INEVITABLES. Inutile donc de s’imaginer « jouer » avec les HYIP sans accepter cette « règle ». Tôt ou tard, un investisseur de HYIP perd de l’argent , la question est seulement de savoir quel impact a réellement cette perte sur le portefeuille et l’équilibre financier de l’investisseur.

C’est là qu’interviennent les fondamentaux. Beaucoup se lancent dans l’investissement à très haut rendement sans appliquer de méthode. Nous ne parlons pas ici de la sélection des HYIP, là vous disposez de suffisamment de sites et blogs pour vous faire un idée et Top Placements est de loin l’un des plus objectifs en la matière. Non, nous parlons ici de la façon dont vous organisez votre portefeuille, la répartition des placements, la répartition de vos fonds propres etc. L’erreur la plus courante est l’absence de diversification et plus d’une fois sur deux, ceux qui perdent de l’argent avec les HYIP sont ceux qui ont concentré leurs fonds sur seulement un ou deux programmes. Ainsi, il suffit de ne pas avoir amorti son capital sur celui qui ferme pour voir tout espoir de gain s’envoler et se retrouver avec les yeux pour pleurer. Notez au passage que la perte n’est pas le capital que vous avez laissé sur le HYIP mais ce capital MOINS les intérêts que vous avez retiré. Bien des fois, des lecteurs nous ont annoncé des pertes alors qu’ils étaient en profit sur des programmes terminés et même sur des SCAM. Pour revenir à la diversification, un strict minimum de 5 à 6 programmes est nécessaire avec des sommes déposées soit équivalentes, soient plus importantes sur certains selon la stratégie choisie. En effet, les plus « joueurs » mettront davantage sur les courts termes et placeront leurs gains sur des longs termes. Les plus prudents feront le contraire voire même s’abstiendront de « jouer » avec les courts termes. Quoi qu’il en soit, le fait de disposer de plusieurs programmes permet d’espérer compenser les pertes (inévitables) à venir, d’une part avec les gains accumulés durant la vie des HYIP qui ont fermé, d’autre part avec ceux des HYIP qui continuent et avec lesquels le capital de départ a été amorti (tout l’intérêt des longs termes).

Un autre élément à prendre en compte est le temps de récupération du capital de départ. Chacun peut avoir sa stratégie et en fonction de ses moyens prendre plus ou moins de risques mais une chose est certaine, plus vite vous récupérez votre capital initial (votre mise si vous préférez) plus vite vous passerez en profit et pourrez dormir tranquille. Oubliez donc les intérêts composés, plus simplement la capitalisation des intérêts (compounding) qui est toujours portée aux anges par les admins de programmes et pour cause: si vous mettez le curseur sur 100% cela signifie que vous ne pouvez rien retirer et donc vous vous retrouvez, certes avec un capital qui grossit exponentiellement, mais surtout avec un plan journalier qui se transforme en plan à terme !!! Vous ne toucherez les intérêts et votre capital de départ qu’au terme de votre plan (si le HYIP est toujours là). Pour les accros, une capitalisation peut se faire à 100% sur une courte période puis revenir à 50 ou 0%. D’autres choisiront de capitaliser tout au long du plan à 50%, pourquoi pas. Cela étant, nous invitons la grande majorité à « assurer » et laisser le « compound » sur OFF (0%) tant que la valeur du capital n’a pas était récupérée et même après. Il peut arriver que le compound ne puisse pas être revu à la baisse, testez avant la possibilité de retour avec le minimum (5 à 10%). Quel que soit votre choix, sachez que seule une déconnexion de cet outil permet de récupérer la valeur de son capital au plus vite.

Pour résumer ces fondamentaux:
1/ diversifier ses dépôts sur plusieurs HYIP (idéalement une dizaine)
2/ répartir ses fonds et toujours prévoir une petite réserve
3/ ne jamais utiliser la capitalisation tant que l’on est pas en profit

Même si c’est un peu plus compliqué que cela pour bien gérer un portefeuille, si vous appliquez ces 3 fondamentaux et si vous avez un peu de chance (car il en faut) tout devrez bien se passer. Vous aurez des pertes mais dans le temps vous serez en profit. Si par contre vous êtes en perte totale, posez vous la question de savoir si vous avez appliqué ces 3 principes de base. Au fait avez vous lu ou relu la page stratégie avant de vous lancer ?

Un mot rapide sur les ecurrencies. Elles sont le moyen incontournable d’effectuer des transactions avec un HYIP. Certes, certains proposent le virement bancaire… ne faites pas ça. C’est trop risqué. Si vous souhaitez déposer plus de 1000$/€ mieux vaut payer des frais d’échangeur (vite amortis par les rendements HYIP) ou déposer directement sur la plate-forme de l’ecurrency lorsque celle-ci le permet (cas de PerfectMoney, d’AlertPay et SolidTrustPay). Notez que GlobalDigitalPay (GDP) s’est évaporé avec l’argent de ses clients (nous entre autres)… et oui ça arrive chaque année et pourtant il était des plus prometteurs. Notez enfin qu’AlertPay sort (enfin) sa carte de débit en dollars US ou Canadien. Le principe retenu étant d’abord une étude du besoin réel (d’où les pré-enregistrement requis) avant la sélection des comptes ayant droit et envoi des cartes. “

Article rédigé par Paul de top-placements .

 

 

 

 

2012 : comment choisir un HYIP ?

Un avis sur « 2012 : comment choisir un HYIP ? »

  • 11 août 2012 à 18 h 35 min
    Permalien

    Ce “système” ne marche pas du tout. J’ai investi (de petites sommes) pour un mois dans douze hyips soit-disant payeurs. Finalement ceux qui n’ont pas payé étaient nettement plus nombreux que ceux qui ont payé, je suis donc très largement déficitaire. Qu’on ne me réponde surtout pas que “j’ai mal choisi mes hyips” ! Rien ne permet de prévoir ceux qui paieront et ceux qui ne paieront pas.

%d blogueurs aiment cette page :